Épuisée après un mois dans la peau d’une suppléante

Screen Shot 2018-02-03 at 10.33.38 AMÉlèves en crise, classes surchargées, insultes, épuisement et parfois même menaces: les enseignants et les suppléants du Québec ont la vie dure. Près de 25% des nouveaux professeurs quittent la profession après moins de cinq ans*, et d’autres tombent en burn-out. Pour témoigner de leur réalité de l’intérieur, «Le Journal de Montréal» s’est fait embaucher incognito comme suppléant pendant un mois.

 

Lire la suite de cet article

TVA Nouvelles