Enseignants : irremplaçables… Vraiment?

Par Julie Marcotte du blogue: le monde de Julie, les joyeuses catastrophes :

Tu n’as pas le droit d’être malade!

Une phrase qu’on entend souvent dans un bon nombre de professions. Les enseignants n’y échappent pas. Une façon comme une autre de nous dire que notre travail est apprécié. C’est flatteur, d’accord. Mais c’est aussi une phrase dangereuse.

Sous ces quelques mots repose une pression malsaine qui fait rapidement son chemin en nous! Alors qu’on avait déjà commencé à se croire indispensable, cette petite « phrase qui tue » vient rapidement valider notre analyse : sans moi, plus rien n’existe!

Sans moi, professeur au primaire, les enfants inventent des tours inimaginables. Suspendent leurs camarades sur les crochets du vestiaire et se cachent dans les toilettes. Entreprennent de sublimes œuvres d’art sur leur pupitre. Cachent les pantalons de neige de leur voisin.

Sans moi, le travail n’est pas fait comme il se doit. Les élèves se mettent soudain à écrire comme des enfants de trois ans, oublient qu’ils doivent utiliser leur crayon de plomb, noircissent leurs pages d’innombrables gribouillis. Les bureaux se remplissent de déchets et de feuilles chiffonnées.

Non, mais c’est vrai, sans moi, c’est l’apocalypse! Les enfants laissent leurs cahiers de devoirs dans leur bureau, oublient leur sac d’école sur le crochet, ne mangent pas leurs collations.

 

Lire la suite de cet article

Blogue MieuxEnseigner

 

 

Laisser un commentaire